Accident survenu le 3 juillet 2003 à Upaix (05) au motoplaneur immatriculé HB-2210
rapport hb-0030703

 

Evénement : atterrissage d'urgence en campagne.
Cause identifiée : prise en compte insuffisante des conditions aérologiques et des consignes locales.
Conséquences et dommages : aéronef fortement endommagé.
Aéronef : motoplaneur Schempp Hirth "Ventus CM", moteur Solo 2 350 C de 30 chevaux.
Date et heure : jeudi 3 juillet 2003 à 14 h 10.
Exploitant : privé.
Lieu : Upaix (05), lieu dit Saint-Martin-d'Upaix
Nature du vol : circuit.
Personnes à bord : pilote.
Titres et expérience : pilote, 58 ans, VV de 1979 délivré par la Suisse,1  700 heures de vol dont 88 sur type et 49 dans les trois mois précédents.
Conditions météorologiques : vent 300 à 330° / 06 kt rafales 16 kt, visibilité supérieure à 10 km, température 28 °C, QNH 1014 hPa.

Circonstances

Le pilote décolle de la piste 36 de l'aérodrome de Sisteron (04). Il explique qu'au début de la montée initiale, au-dessus de l'extrémité de la piste, il ressent des rabattants. Il constate ensuite que le taux de montée est faible bien que le moteur fonctionne normalement. Il décide de conserver sa trajectoire en direction du nord (voir trajectographie GPS page suivante). Se trouvant dans la vallée de la Durance et compte tenu de ses faibles hauteur et vitesse, il estime qu'il ne peut pas rejoindre l'aérodrome de départ. Il décide d'atterrir en urgence dans le lit de la rivière. A la fin du roulement sur la berge, l'aile gauche heurte un arbuste. Le motoplaneur effectue un cheval de bois. La poutre de queue se brise. L'aéronef, moteur tournant, s'immobilise sur la berge.

Le pilote indique qu'il connaît l'aérodrome de Sisteron pour y avoir séjourné à plusieurs reprises les années précédentes. Il ajoute qu'il avait consulté les prévisions météorologiques disponibles au club (voir page suivante). Il précise qu'il a assisté avant son départ aux décollages de planeurs et d'un moto-planeur. Il n'a pas remarqué de problème sur les évolutions de ces aéronefs liées aux conditions aérologiques après leur décollage et a donc décidé de décoller.

Les consignes particulières locales sensibilisent quotidiennement les pilotes sur les turbulences possibles en extrémité de piste 36 lorsque les conditions météorologiques sont identiques à celles du jour de l'accident. Elles recommandent de virer le plus tôt possible vers l'ouest afin d'éviter les rabattants situés dans la vallée de la Durance.

Le pilote avait la possibilité de décoller remorqué par un avion.

Note: les hauteurs indiquées sur la trajectographie sont des hauteurs GPS calculées par rapport à un système de référence d'altitude qui n'a pas pu être déterminé (système géodésique mondial EGM96 ou hauteur ellipsoïdale WGS84) bien que le système géodésique indiqué par le calculateur GPS soit WGS 84