ACCIDENT survenu à l'avion immatriculé F-GBVC

Evénement :

incendie du train principal gauche au cours du roulage.

Causes probables :

-sollicitation involontaire des freins au cours du roulage avec du vent arrière,

-non perception d'une pression résiduelle dans le circuit de freinage gauche.


Conséquences et dommages :

train principal gauche et aile gauche détruits.

Aéronef :

avion Robin DR 400 - 140 B

Date et heure :

lundi 1er mars 2004 à 16 h 10.

Exploitant :

club.

Lieu :

AD Bordeaux Mérignac (33).

Nature du vol :

voyage.

Personnes à bord :

pilote + 2.

Titres et expérience :

pilote, 46 ans, PPL de 1995, 294 heures de vol toutes sur type et 2 h 30 dans les trois mois précédents

Conditions météorologiques :

vent 020° / 10 kt à 15 kt, CAVOK, température 3 °C, QNH 1027 hPa.

Circonstances

Peu avant d'atteindre le point d'arrêt "Delta" pour un décollage en piste 05 (voir carte de mouvement à la surface ci-après), le pilote croit voir une fumée s'échapper sous l'aile gauche. Quelques instants plus tard, alors que l'avion est en virage à droite, le pilote l'immobilise à l'aide du frein de parc afin d'effectuer les actions et vérifications avant le décollage. Instantanément, un feu intense se déclare au niveau du train principal gauche. Le pilote informe le contrôleur, arrête le moteur et l'alimentation électrique, puis il fait évacuer l'avion sans problème. Le S.S.L.I.A. maîtrise rapidement le feu évitant qu'il ne se propage à tout l'avion.

L'examen de l'épave montre que :

- l'aile gauche est détruite le feu,

- Le train principal gauche est fortement endommagé,

- la partie chromée de la jambe du train présente des traces bleuâtres qui témoignent d'un échauffement long et intense (voir photographie ci-dessous),

- le disque présente également des traces bleuâtres,

- la tuyauterie souple du circuit de freinage est calcinée,

- le filetage du raccord de cette tuyauterie sur l'étrier de frein est arraché,

- les plaquettes de frein sont en contact avec le disque,

- l'ensemble étrier / piston est complètement noirci par l'incendie.

Le pilote et les passagers avaient décollé de Cognac (16) le matin-même. Le voyage s'était déroulé sans problème. L'avion était stationné sur l'aire "Lima". Pour rejoindre le point d'arrêt l'avion a parcouru une distance d'environ 3 000 mètres sur la voie de circulation "Papa". Le pilote suivait un DR 400 en ménageant un espacement d'environ deux cents mètres. Tout au long du roulage, l'avion était soumis à un vent arrière droit.

Le pilote ne se souvient pas avoir freiné plus que nécessaire.

Le passager assis en place arrière gauche indique qu'environ à mi-chemin il a senti "une odeur de chaud " mais n'en a pas fait part au pilote pensant que cela provenait du chauffage de la cabine.

L'avion avait volé vingt-six heures depuis la dernière inspection programmée des freins.

L'enquête n'a pas permis d'établir si l'échauffement anormal du disque était dû à une action du pilote au cours du roulage avec du vent arrière ou à une pression résiduelle dans le circuit de freinage gauche.