Perte de contrôle en vol lors de figures de voltige à basse hauteur, collision avec le sol

Investigation progression Closed
Progress: 100%

Déroulement du vol

Le pilote décolle de l'aérodrome de Beauvais à 15 h 15 pour un vol local. Des habitants du lieu dit « Entre-Deux-Boscs » indiquent que, vers 15 h 30, l'avion effectue une boucle à très basse hauteur. En fin d'évolution, le pilote se trouve face à une ligne électrique basse tension. Il parvient à reprendre un peu de hauteur, survole le toit d'une maison, la ligne électrique et retombe ensuite avec une faible incidence à piquer. L'avion heurte le sol dans un champ situé à l'ouest du lieu-dit et prend feu.

Causes de l'accident

- L'accident du Yak 54 immatriculé RA-3332K résulte d'une perte de contrôle au cours de la réalisation de manœuvres acrobatiques à basse hauteur au-dessus d'une zone habitée.

- La manœuvre d'évitement brutale, probablement initiée par le pilote pour éviter une maison et une ligne électrique, a vraisemblablement provoqué le décrochage de l'avion.

- Il ne peut être toutefois exclu que cette perte de contrôle soit la conséquence d'une incapacité physique du pilote soumis à des facteurs de charges importants au cours de l'exécution d'une boucle très serrée.

Les facteurs suivant ont probablement contribué à cet accident :

- L'expérience réduite de la voltige sur ce type d'avion en dépit d'une grande expérience du vol de voltige sur d'autre type d'avion Yak.

- L'exécution d'un exercice de voltige en dehors des règles définies pour ce type de vol.

RECOMMANDATION DE SECURITE

Sans relation démontrée entre le suivi de navigabilité du RA-3332K et l'accident, il est apparu lors de l'enquête que le suivi de la navigabilité des avions immatriculés en Russie était délégué à la Fédération des Aviateurs privés de Russie, organisme dont le statut n'est pas clairement défini à ce jour. En particulier, le BEA n'a pu obtenir aucune information sur la maintenance récente effectuée sur le RA-3332K. Aucun document relatif aux procédures de contrôle lors des visites de renouvellement de certificat de navigabilité n'a pu être obtenu.

En conséquence, le BEA recommande que :

- la DGAC et l'EASA, en relation avec les autorités de l'Aviation Civile russe, clarifient la situation de la FLA et prennent, en conséquence, les dispositions nécessaires.

 

Publications