Perte de contrôle lors de l'approche

Investigation progression Closed
Progress: 100%

Déroulement du vol

Le pilote décolle de l'aérodrome d'Avignon Caumont (84) à destination de l'hélisurface située sur sa propriété à Lançon-de-Provence.

Lors de l'approche finale pour un atterrissage face à l'ouest, en translation lente et hors effet sol, il ressent des vibrations inhabituelles. Alors qu'il poursuit sa descente, l'hélicoptère tourne à gauche autour de l'axe de lacet et prend une attitude à piquer. Le pilote contre la rotation à gauche à l'aide du palonnier droit. Le sens de rotation s'inverse et l'hélicoptère se met à tourner rapidement à droite autour de l'axe de lacet, toujours en descente. Le pilote remet de la puissance et perd le contrôle de l'hélicoptère qui heurte le sol.

Renseignements complémentaires

Le MD-500 est un hélicoptère léger mono-turbine dont le rotor principal tourne dans le sens anti-horaire.

L'hélisurface est une surface plane dégagée de tout obstacle.

Le pilote indique qu'à la suite de la correction à droite, il a eu la sensation de ne plus pouvoir agir sur le rotor anti-couple.

Une vidéo prise lors de l'approche finale par un témoin au sol montre que l'hélicoptère n'a pas heurté d'obstacle avant la perte de contrôle.

Les examens techniques réalisés sur l'épave ainsi que l'analyse de la vidéo n'ont pas mis en évidence de dysfonctionnement susceptible d'avoir contribué à l'événement.

Un avitaillement complet avait été effectué sur l'aérodrome d'Avignon Caumont. La masse et le centrage de l'hélicoptère étaient dans les limites définies par le constructeur.

Les conditions météorologiques estimées sur le site de l'accident étaient les suivantes : vent du 170° pour 3 kt, température 30 °C, CAVOK.

Le pilote, titulaire d'une licence de pilote privé hélicoptère, totalisait environ 700 heures de vol depuis 1990, dont 200 sur type et 5 dans les 24 heures précédentes, toutes sur type.

conclusion

Le pilote a contré le départ à gauche par une action probablement excessive aux palonniers. Associé à une demande de puissance pour éviter le contact avec le sol, le mouvement en rotation en lacet à droite n'a pas pu être arrêté par le pilote.

L'enquête n'a pas permis de déterminer la cause du départ en rotation en lacet à gauche.

 

Publications