Vol AF 447 du 1er juin 2009 A330-203, immatriculé F-GZCP

Communiqué de presse diffusé le 3 août 2011

Le BEA fait l'objet depuis ce matin d'une remise en cause de l'intégrité de son enquête à la suite de réactions à la publication d'articles mentionnant une modification apportée au projet de rapport confidentiel qui avait été adressé pour commentaires aux experts désignés par l'exploitant, le constructeur et le SNPL ainsi qu'aux autorités associées à l'enquête.

Ce document de travail contenait un projet de recommandation relative au fonctionnement de l'alarme de décrochage. Ce projet a été retiré car il est apparu aux enquêteurs du BEA que cette recommandation était prématurée à ce stade de l'enquête. En effet, ce sujet devra être approfondi par le groupe « Systèmes avion » et complété par les travaux du groupe de travail « Facteurs humains » dont la création a été annoncée lors de la conférence de presse du 29 juillet.

Ce nouveau groupe de travail, qui sera composé de spécialistes en sciences cognitives, en ergonomie, et en psychologie doit aborder l'ensemble des aspects liés aux interactions homme-machine et aux actions des pilotes dans les dernières minutes du vol.

Ce n'est donc qu'à l'issue de l'ensemble de ces travaux, consignés dans le rapport final, qu'une recommandation relative au fonctionnement de l'alarme de décrochage pourrait être formulée sur la base d'analyses scientifiques et étayées, auxquelles l'AESA sera associée.

Ainsi, la polémique en cours vise une recommandation qui correspond au mode de fonctionnement de l'alarme de décrochage dans une situation où l'avion a atteint une incidence extrême, jamais rencontrée dans les essais en vol, ni même envisagée.

Il convient enfin de rappeler que l'alarme a retenti pendant 54 secondes sans interruption après le début du décrochage sans provoquer de réaction appropriée de l'équipage. Ce fait doit être analysé en priorité par le groupe de travail. 

Le rapport publié le 29 juillet est un rapport d'étape. Sa publication était nécessaire pour émettre plusieurs recommandations de sécurité. Les causes de l'accident seront connues lors de la publication du rapport final au cours du premier semestre 2012.