Avion Numéro de dossier BEA2017-0483 Accident, AD Montbéliard-Courcelles, le 19 août 2017, CESSNA - 337, N337SL

Accident du Cessna 337 immatriculé N337SL le 19/08/2017 à Montbéliard Courcelles (25)

Progression de l'enquête Clôturée  
Progress: 100%

Résumé

Heure : Vers 10 h 30(1)
Exploitant : Privé
Nature du vol : Aviation générale, convenance personnelle, voyage
Personnes à bord : Pilote et deux passagers
Conséquences et dommages : Avion fortement endommagé

Note : Les informations suivantes sont principalement issues du témoignage du pilote. Ces informations n'ont pas fait l'objet d'une validation indépendante par le BEA.

1 - Déroulement du vol

Le pilote, accompagné d’un adulte et d’un enfant, décolle de l’aérodrome des Eplatures, en Suisse, à destination de l’aérodrome de Montbéliard afin d’y effectuer les formalités de douane, avant de poursuivre vers l’aérodrome de Toussus-le-Noble (78).

Après un vol d’une durée de 15 minutes environ, il s’intègre dans le circuit d’aérodrome pour un atterrissage en piste 26. Il indique ne pas se souvenir s’il a actionné la commande du train d’atterrissage. Il déclare de plus ne pas s’être assuré de la sortie des trains d’atterrissage et avoir omis la liste de vérification d’atterrissage.

Il effectue son approche finale à la vitesse de 80 kt et tente de réaliser un « kiss landing ».

Lors de l’atterrissage, l’appareil glisse sur le ventre sur une centaine de mètres avant de s’immobiliser sur la piste.

2 - Renseignements complémentaires

2.1 Renseignements sur le pilote

Le pilote est titulaire d’une licence de pilote privé américaine depuis 1995. Le jour de l’accident, il totalisait environ 1 800 heures de vol dont 300 sur Cessna 337 et neuf heures dans les trois mois ayant précédé l’accident.

2.2 Renseignements sur l’aéronef

Les constatations effectuées sur l’épave peu après l’évènement montrent que le sélecteur de sortie du train d’atterrissage était en position « sorti ». De plus, les trappes des trains d’atterrissage étaient partiellement ouvertes.

Sur ce type d’aéronef, la séquence de sortie du train d’atterrissage est contrôlée par des commutateurs montés sur les trappes : lorsque ces dernières se referment après le déploiement du train, la pompe hydraulique actionnant le mécanisme est arrêtée.

Une avarie connue sur Cessna 337 provient du déréglage de ce « switch » qui, en agissant prématurément, peut ainsi entraîner un arrêt de la séquence de sortie avant le verrouillage bas.

[1] Sauf précision contraire, les heures figurant dans ce rapport sont exprimées en heure locale.