Avion Numéro de dossier BEA2018-0219 Accident, AD Bergerac, le 16 avril 2018, ROBIN - DR400, F-GCUE

Accident du Robin DR400 immatriculé F-GCUE survenu le 16/04/2018 à Bergerac-Dordogne-Périgord (24)

Progression de l'enquête Clôturée  
Progress: 100%

Résumé

Heure : Vers 15 h 30(1)
Exploitant : Club
Nature du vol : Vol de convoyage
Personne à bord : Pilote
Conséquences et dommages : Aéronef fortement endommagé

Note : Les informations suivantes sont principalement issues des témoignages du pilote et du responsable de l’atelier d’entretien. Ces informations n’ont pas fait l’objet d’une validation indépendante par le BEA.

1 - Déroulement du vol

À l’issue d’un vol de contrôle technique de sortie de grande visite (GV) réalisé en coordination avec l’atelier de maintenance, le pilote doit convoyer l’avion jusqu’à son aéroclub situé sur l’aérodrome de Brive-Souillac (19). Il est autorisé à rouler vers le point d’attente Bravo pour un décollage en piste 27. Pendant le roulage, il doit appliquer une puissance moteur inhabituelle pour parvenir au point d’attente et pense que la pente légèrement montante de la voie de circulation en est la cause. Après avoir obtenu l’autorisation de décollage, il affiche la pleine puissance. L’avion met plus de temps que d’habitude à accélérer en dépit d’indications normales au compte-tour. Le pilote annonce au contrôleur qu’il interrompt le décollage. Il est autorisé à regagner l’aire de stationnement en remontant la piste 27, via le point d’attente Alpha. Il perçoit à nouveau que l’avion a du mal à rouler. Arrivé à l’aire de stationnement, le contrôleur l’informe que de la fumée grise se dégage sous l’aile droite. Le pilote voit alors des flammes sortir de l’extrados de l’aile droite. Il arrête le moteur et évacue rapidement l’avion. Les pompiers, alertés par la tour, interviennent pour éteindre l’incendie.

2 - Renseignements complémentaires

Sur les Robin DR400-160, construits antérieurement à 1988, les freins, hydrauliques à disques, comportent un circuit indépendant (freinage différentiel) sur chaque roue du train principal. Deux ensembles identiques de maître-cylindres de freins-étriers et de ressorts de rappel de la tige de commande(2) sont montés symétriquement sous la console (voir photo ci-après). Chaque ensemble est destiné à transmettre à chaque roue du train principal un ordre à freiner soit quand le frein de parc est actionné soit quand les pédales de freins sont actionnées ensemble ou séparément. Ainsi, l’ensemble gauche (quand on regarde vers l’avant) agit sur la roue droite et inversement pour la roue gauche.

Lors du contrôle consécutif à l’accident, il a été mis en évidence qu’une des boucles du ressort de rappel de la tige de commande gauche était rompue (voir photo ci-dessous). Il est probable que, lorsque le pilote a actionné les freins, le maître-cylindre gauche ne soit pas revenu au neutre et que la roue droite soit restée plus ou moins bloquée. L’origine de la rupture n’a pu être établie.

 


(1)Sauf précision contraire, les heures figurant dans ce rapport sont exprimées en heure locale.

(2)Les tiges de commande sont connectées au palonnier et permettent un freinage différentiel droit ou gauche.

 

 

Médiathèque


Figure 1 BEA2018 0219 Figure 2 BEA2018 0219