Avion Numéro de dossier BEA2018-0496 Accident, AD Albi, le 17 juillet 2018, AQUILA - AT01, F-GOYF

Accident du Aquila AT01 immatriculé F-GOYF survenu le 17/07/18 à Albi Le Séquestre (81)

Progression de l'enquête Clôturée  
Progress: 100%

Résumé

Heure : Vers 16 h 35(1)
Exploitant : Aéroclub ISAE Lasbordes
Nature du vol : Aviation générale, instruction solo
Personne à bord : Élève-pilote
Conséquences et dommages : Avion fortement endommagé

Note : Les informations suivantes sont issues principalement du témoignage du pilote. Ces informations n'ont pas fait l'objet d'une validation indépendante par le BEA.

1 - Déroulement du vol

Dans le cadre de sa formation, l’élève-pilote décolle de l’aérodrome de Lasbordes pour un vol de navigation solo triangulaire avec des arrêts à Agen et Albi.

Le pilote indique que lors de l’atterrissage à Albi sur la piste 27, il est stabilisé sur le plan et sur l’axe de la piste, à une vitesse de 65 kt(2). Au moment du toucher des roues, l’avion rebondit légèrement une première fois. Le pilote maintient alors l’assiette de l’aéronef. Au deuxième toucher des roues, le nez de l’avion bascule soudainement et rapidement sur l’avant. L’avion rebondit alors plusieurs fois violemment et le train avant se rompt.

2 - Renseignements complémentaires

2.1 Renseignements météorologiques

Le message de l’agent AFIS avant l’atterrissage du F-GOYF indique un vent du 270° pour 10 kt.

2.2 Renseignements sur le pilote

L’élève-pilote âgé de 21 ans était en cours de formation pour l’obtention du PPL. Il totalisait au moment de l’accident 42 heures de vol dont huit dans le mois précédent, toutes sur type. Il totalisait sept heures de vol en solo.

2.3 Données GPS

Le pilote a enregistré sa trajectoire GPS via son téléphone portable(3). Ces enregistrements montrent une vitesse sol de l’ordre de 70 kt lors de l’approche à Albi.

3 - Enseignements et conclusion

La vitesse sol enregistrée ainsi que les données de vent, semblent montrer que la vitesse indiquée lors de l’approche était probablement supérieure à 70 kt(4).

Une vitesse d’approche élevée rend l’atterrissage et l’arrondi plus difficile, augmentant le risque d’incident à l’atterrissage, notamment de rebonds.

 


(1)Les heures figurant dans ce rapport sont exprimées en heure locale.
(2)La vitesse d’approche à la masse maximale autorisée sans vent donnée par le manuel de vol est de 60 kt.
(3)Ces données n’ont pas été vérifiées par le BEA.
(4)Avec un vent de face, la vitesse air de l’aéronef correspond à la somme de la vitesse sol et de la vitesse du vent.