Avion Numéro de dossier BEA2018-0587 Accident, AD Grenoble Isère, le 14 août 2018, SOCATA - TB20, F-GGNT

Accident du Socata TB20 immatriculé F-GGNT survenu le 14/08/2018 à Grenoble (38)

Progression de l'enquête Clôturée  
Progress: 100%

Résumé

Heure : Vers 14 h 30(1)
Exploitant : École Nationale de l'Aviation Civile (ENAC)
Nature du vol : Aviation générale
Personnes à bord : Élève, instructeur et un passager
Conséquences et dommages : Avion endommagé

 

Note : Les informations suivantes sont issues principalement du témoignage de l'instructeur. Ces informations n'ont pas fait l'objet d'une validation indépendante par le BEA.

1 - Déroulement du vol

L’élève, accompagné d’un instructeur et d’un passager assis à l’arrière, décolle de l’aérodrome de Grenoble Isère afin de réaliser des circuits d’aérodrome et de se perfectionner pour les atterrissages avec du vent travers. À l’issue du cinquième atterrissage, l’instructeur, qui a noté de la part de l’élève un léger manque de correction de l’axe, reprend les commandes au sol pendant le roulement. Il désaxe légèrement l’avion pour montrer à l’élève  les conséquences d’une trajectoire divergente sur la piste. Il remet ensuite l’avion dans l’axe par une action sur les palonniers et rend les commandes à l’élève. Alors que l’élève reconfigure l’avion pour décoller, le train d’atterrissage principal droit se rompt et l’aile droite s’enfonce. L’instructeur reprend les commandes mais ne peut pas contrer le déport vers la droite de l’avion qui s’immobilise sur la piste.

2 - Renseignements complémentaires 

Les conditions météorologiques sur l’aérodrome étaient les suivantes :

  • vent de secteur nord pour 11 kt ;
  • quelques nuages à 3 300 ft.

L’instructeur, titulaire d’une licence de pilote professionnel avion CPL(A) et de la qualification d’instructeur avion, totalisait environ 3 450 heures de vol.

L’élève avait réalisé 20 heures de vol en instruction, dont 18 en double commande, 23 atterrissages et 38 posé-décollés.

L’avion totalisait 11 696 heures de vol et 21 heures depuis la dernière visite programmée effectué par l’atelier d’entretien de l’ENAC.

L’examen de l’avion, par cet atelier d’entretien, montre que la jambe du train d’atterrissage principal droit s’est rompue en raison du développement d’une crique qui n’avait été détectée ni lors de la visite effectuée 21 heures plus tôt, ni lors de la visite pré-vol le jour de l’accident.

En mars 2018 lors d’une visite programmée « 50 heures », une crique avait été détectée par le même atelier d’entretien sur la jambe du train d’atterrissage principal gauche de cet avion. Celle-ci avait été remplacée. Aucune crique n’avait été détectée sur la jambe de train d’atterrissage principal droit depuis.

(1)Sauf précision contraire, les heures figurant dans ce rapport sont exprimées en heure locale.