Examens avioniques

Lors d'une enquête de sécurité, le BEA procède fréquemment à l'examen de systèmes ou équipements. Ces examens peuvent se dérouler au BEA ou dans des laboratoires extérieurs, sous contrôle du BEA.

Dans ce cadre, le département technique du BEA dispose d'un laboratoire spécialisé, appelé « laboratoire avionique », dont la mission principale est d'examiner des équipements électroniques.

Laboratoire avionique du BEA

Les systèmes avioniques possèdent généralement des composants électroniques conçus pour enregistrer des données à caractère technique. Ces informations sont destinées à la maintenance des aéronefs ou à l'amélioration des systèmes embarqués. Après un accident, ces données –lorsqu'elles sont récupérables- peuvent constituer une source précieuse de compréhension des causes de l'évènement.

Les systèmes avioniques ne sont pas conçus pour résister à un accident. Il est donc nécessaire d'accomplir des opérations spécifiques pour en extraire les informations utiles. 

Exemple de calculateur : VEMD

Carte électronique d'un VEMD et composant mémoire associé

Ouverture et récupération des données

Au laboratoire avionique du BEA des procédures rigoureuses permettent d'assurer la préservation de l'information à tous les stades de l'examen. Ces examens nécessitent l'utilisation d'outils développés spécifiquement pour les besoins du BEA.

Examen d'un composant mémoire

Avant toute opération de lecture de données, une phase d'observation et d'évaluation des risques est effectuée. Le calculateur est alors ouvert et le composant est localisé. Il faut alors isoler le composant en le dessoudant. Pour éviter tout risque de pertes de données sa température est contrôlée tout au long du processus.

Ouverture d'un calculateur

Dessoudage d'un composant mémoire

On peut alors lire le contenu brut de la mémoire à l'aide d'un lecteur conçu pour les besoins de l'enquête technique.

Outils de lecture des composants mémoire

Cas particuliers :

1. Les mémoires volatiles.

Certaines mémoires, dites « volatiles » ne conservent des données que si elles restent en permanence alimentées électriquement. Pour préserver les données dans ce cas, il est préférable d'opérer sur le composant « in situ » (sans dessoudage) car il faut maintenir l'alimentation électrique du composant mémoire.

2. Les composants endommagés

Un composant très endommagé peut nécessiter une intervention allant parfois jusqu'au niveau de « la puce » en silicium, là où les données sont stockées.

Puce interne d'un composant mémoire

Une station de test sous pointes est alors utilisée afin de recréer les connexions électriques endommagées et lire les données du composant.

Station de test sous pointe

Décodage

Le BEA a développé son propre logiciel de décodage des informations binaires contenues dans ces mémoires. Il est paramétrable et peut lire tous les formats de mémoire rencontrés.

Logiciel de décodage

La lecture puis le décodage du fichier brut récupéré sous forme de données binaires nécessitent de travailler en étroite collaboration avec les équipementiers. Ces derniers fournissent la documentation relative au décodage de la mémoire, qui est propre à chaque système.

Exemple de fichier binaire

Le logiciel effectue les conversions des données brutes et affiche l'intégralité des informations extraites.

Affichage des données décodées

Exploitation

Suivant la nature et la fonction du système examiné, les données extraites peuvent fournir une grande diversité d'informations.

 

Certains systèmes enregistrent la trajectoire de l'aéronef en deux ou trois dimensions.

Exemple de trajectographie

Certains systèmes enregistrent les derniers paramètres du vol, des rapports de pannes et de dépassements, des paramètres de configuration du système.

Le laboratoire dispose également de compétences en matière d'analyse de défaillances électroniques. Il est membre de l'ANADEF depuis 2005 et participe à des groupes de travail dans ce domaine.