Accident de l'Issoire Aviation - APM30 immatriculé F-HFRM survenu le 16/09/2014 à Arnage (72)

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Note : Les informations suivantes sont principalement issues des témoignages des pilotes. Ces informations n'ont pas fait l'objet d'une validation indépendante par le BEA.

1 - Déroulement du vol

À l’issue d’une séance en double commande, l’instructeur demande à l’élève-pilote, qui accepte, d’effectuer pour son premier vol en solo un circuit d’aérodrome avec une approche interrompue en finale suivi d’un second circuit d’aérodrome avec un atterrissage complet.

Le vent est du 110° pour 5 kt. Lors de la seconde approche finale, en piste 02, la vitesse est stabilisée à 65 kt et l’élève-pilote maintient l’axe et le plan d’approche. Lors du contact du train d’atterrissage principal avec la piste, peu après les marques de point cible[1], l’élève-pilote estime qu’il n’a pas suffisamment décrabé. Il applique une action sur le palonnier gauche. Lors du toucher du train avant, l’action au palonnier est toujours présente. L’avion part alors franchement vers la gauche. L’élève-pilote essaie de contrer ce mouvement aux palonniers et l’avion oscille légèrement autour de l’axe de lacet. Il commence à freiner lorsque le train principal gauche se trouve en bordure de piste, dans l’herbe. La roue du train avant heurte un feu de bord de piste et le train avant se plie. L’avion s’immobilise quelques mètres plus loin, environ 400 m après le toucher du train principal.

Les deux pales de l’hélice sont cassées au niveau de leur extrémité. L’avion présente quelques dommages extérieurs au niveau du carénage du train principal droit. Un feu de bord de piste est détruit.

2 - Renseignements complémentaires

2.1 Renseignements météorologiques

Au moment de l’accident, le vent était du 120°, variable de 110 à 130° pour une intensité de 6 kt avec des rafales maximales de 11 kt.

2.2 Expérience et témoignage de l’élève-pilote

L’élève-pilote a débuté sa formation de pilotage en avril 2014. Il totalisait 13 heures de vol dont trois dans les trois mois ayant précédé l’accident.

Il indique que la dérive était d’environ 5° lors de l’approche finale et qu’au passage du seuil de piste, il a eu l’impression qu’elle avait augmenté vers 10°. Il précise qu’il a probablement relâché son action à cabrer trop rapidement après le toucher du train principal. La vitesse estimée lors du toucher du train principal était d’environ 55 kt.

2.3 Témoignage de l’instructeur

L’instructeur indique que la composante de vent de travers maximale autorisée au club pour les trois premiers vols en solo est de 5 kt. L’élève-pilote n’avait rencontré aucune difficulté pour décraber à l’atterrissage lors des quatre circuits d’aérodrome avec la même composante de vent juste avant le vol en solo. L’instructeur avait effectué plusieurs vols avec l’élève-pilote, dont certains avec une composante de vent de travers supérieure.


[1] Les « plots ».