Accident du Centrair - 101 Pégase immatriculé F-CHLU survenu le 19/04/10 à Pont-sur-Yonne (89)

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Rapport d'Enquête cat.2 : rapport de format simplifié, adapté aux circonstances de l'événement et aux enjeux de l'enquête.

Le pilote décolle en remorqué de l’aérodrome de Pont-sur-Yonne vers 12 h 25. Il exploite des ascendances à proximité de l’aérodrome pendant environ 25 minutes jusqu’à atteindre une altitude de 1 800 m environ. Il se dirige ensuite vers le sud-est de l’aérodrome pendant environ deux heures : l’altitude du planeur varie entre 1 200 et 2 300 m.

Vers 15 h, il fait demi-tour et maintient pendant 45 minutes une altitude comprise entre 1 300 et 1 900 m. Il débute ensuite une descente jusqu’à atteindre 800 m d’altitude à 5 Nm de l’aérodrome vers 16 h. Il exploite alors de nouvelles ascendances pendant environ cinq minutes jusqu’à atteindre 1 350 m d’altitude puis se dirige vers l’aérodrome en descente.

Selon les témoins, le planeur suit une trajectoire descendante régulière jusqu’au sol.

L’examen de l’épave n’a pas révélé d’élément contributif à l’accident. Lors de la dernière minute de vol, le planeur a brusquement piqué et entamé un virage à droite. Cette trajectoire laisse penser que le pilote ne pilotait plus le planeur.

Les pathologies révélées par l’autopsie laissent envisager l’hypothèse d’un malaise du pilote. Les conditions de vol en planeur à plus de 1 500 mètres d’altitude pendant trois heures exposent en effet les pilotes atteints de troubles cardiovasculaires à des complications liées à l’effort et à l’hypoxie d’altitude.

Publications