Accident du Cirrus - SR20 immatriculé N179CD survenu le 01/05/2016 à L'île d'Yeu (85)

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Rapport d'Enquête cat.3 : rapport sur un événement aux conséquences limités, élaboré à partir d'un ou de plusieurs témoignages n'ayant pas fait l'objet d'une validation indépendante par le BEA.

Note :Les informations suivantes sont principalement issues du témoignage du pilote. Ces informations n'ont pas fait l'objet d'une validation indépendante par le BEA.

1 - DÉROULEMENT DU VOL

Lors de l’atterrissage en piste 32[1], l’avion rebondit deux fois. Le deuxième contact des roues du train d’atterrissage principal avec la piste est dur selon le pilote qui perçoit immédiatement de fortes vibrations de l’avion. Ses actions aux commandes lui semblent inefficaces et l’assiette de l’avion diminue. Le train d’atterrissage avant se rompt au troisième contact avec la piste. L’avion poursuit sa trajectoire et s’immobilise à 650 m du seuil de piste 32, légèrement à droite de l’axe de piste.

2 - RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRES
2.1 Renseignements sur le pilote

Le pilote, titulaire d’une licence de pilote privé avion PPL(A), totalisait 1 185 heures de vol, dont 156 sur avion Cirrus. Il avait effectué 4 heures 40 de vol dans les trois mois ayant précédé l’accident, dont 3 h 25 sur avion Cirrus (dernier contrôle en vol avec instructeur sur avion Cirrus en février 2016).

Le pilote avait déjà atterri à plusieurs reprises à l’aérodrome de l’Île d’Yeu, dont sept fois en deux ans aux commandes du N179CD. Il indique que sa vitesse d’approche était d’environ 85 kt avec les volets en position atterrissage. Il estime que le premier contact des roues du train d’atterrissage principal avec la piste n’a pas été dur et que l’avion n’a pas rebondi très haut après ce premier contact avec la piste. Il ajoute qu’il a aussitôt maintenu l’assiette de l’avion en attendant le toucher suivant, considérant que celui-ci se passerait normalement.

Il explique qu’il avait déjà rebondi à l’atterrissage en avion Cirrus, notamment en présence de rafales de vent. Il a été surpris par la violence du second rebond.

2.2 Renseignements sur l’avion

Le manuel d’utilisation de l’avion recommande d’atterrir avec les volets en position atterrissage (100 %, équivalent à 32 degrés) et avec une vitesse de 75 kt.

2.3 Renseignements météorologiques

Les conditions météorologiques reportées par le pilote étaient les suivantes : vent sensiblement dans l’axe de piste pour 5 kt, CAVOK, température de +14 °C, température du point de rosée +3 °C, QNH 1030. Le pilote précise qu’il n’y avait pas de turbulence lors de l’approche.

À la prise de service de l’agent AFIS le matin à 09 h 00, le vent était du 020° pour 7 kt.


[1] Piste revêtue de 1 220 m de longueur et de 25 m de largeur, LDA de 1 220 m.