Collision avec des arbres lors d'un atterrissage en campagne

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

1 - Déroulement du vol

Le pilote décolle vers 12 h 25 de l'aérodrome de Fayence (83) pour un circuit vers le nord.

Il rencontre des conditions aérologiques défavorables et décide cependant de poursuivre le vol en espérant exploiter des ascendances près d'un relief situé sur sa trajectoire prévue. Il réalise que sa hauteur ne permet pas de franchir le relief situé devant lui en toute sécurité et décide de faire demi-tour. Puis, il estime que compte tenu des conditions aérologiques, sa hauteur est trop faible pour poursuivre le vol. Il décide d'atterrir en campagne.

Alors qu'il tente de rejoindre un champ qui lui semble approprié, le planeur heurte des arbres situés avant le champ.

2 - Renseignements complémentaires

Les conditions météorologiques sur le site de l'accident étaient les suivantes : vent du 150° pour 4 kt, visibilité supérieure à 10 km, BKN par cumulus moyennement développés dont la base était comprise entre 2 700 m et 3 000 m, légèrement au-dessus des crêtes environnantes. En surface, un régime de brise de vallée était établi. En altitude, au-dessus de 3 000 m, le flux était de secteur ouest à ouest/nord-ouest. La masse d'air avait un caractère convectif marqué et la nébulosité était en augmentation.

Le pilote totalisait environ 1 850 heures de vol en planeur et 900 heures en avion. Il avait également une expérience militaire d'environ 3 000 heures de vol. Il volait régulièrement depuis l'aérodrome de Fayence et y réalisait entre 60 et 80 heures par an. Il avait volé la veille et l'avant-veille et ne ressentait pas de fatigue. Il indique que les prévisions météorologiques l'ont amené à penser qu'il trouverait des ascendances le long des reliefs et qu'il n'a pas mis en doute cette hypothèse en rencontrant des conditions aérologiques défavorables, par excès de confiance.

Le champ le plus proche, reconnu pour un atterrissage en campagne et connu du pilote, est situé à Entrevaux (06), à une altitude de 450 m, et distant de plus de trente kilomètres du lieu de l'accident. C'est un champ recommandé par le club mais non répertorié dans le guide des aires de sécurité dans les Alpes.

L'ASW17 est un planeur performant dont la finesse est de 48.

3 - Enseignements et conclusion

L'accident est dû à la décision du pilote de poursuivre le vol dans un environnement n'offrant pas de possibilité d'atterrissage en campagne. Cette décision est liée à un excès de confiance du pilote.

 

Publications