Décollage dans une trace d'atterrissage sur une altisurface enneigée, collision avec le relief, basculement sur le dos

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Déroulement du vol

L'élève et l'instructeur se rendent sur l'altisurface du glacier de la Grande Motte pour un vol de préparation à la qualification montagne « skis ». Ils effectuent une reconnaissance en arrivant et constatent la présence de deux traces d'atterrissage de même longueur ainsi qu'une trace de décollage. Ils décident d'atterrir sur la trace d'atterrissage la plus à l'est, de la remonter jusqu'en haut pour reprendre la trace de décollage (voir photo ci-après)(1).

L'instructeur et l'élève expliquent qu'après une approche normale, ils atterrissent au début de la trace d'atterrissage prévue, mais que la remise en puissance pour remonter la pente ayant été trop tardive, ils s'arrêtent à 20 mètres environ de la partie supérieure de l'altisurface. L'instructeur décide alors de faire descendre l'élève de l'avion et de décoller seul pour revenir atterrir en haut de l'altisurface et repartir avec l'élève. Après que l'élève l'a aidé à virer à gauche de 90°, il met l'avion en configuration décollage. Il s'aligne alors sur les traces parallèles les plus proches des siennes au lieu de rejoindre la trace de décollage prévue. Au cours du roulement au décollage, à puissance moteur maximale, il ressent un ralentissement mais, ne pouvant plus arrêter l'avion dans la pente, poursuit le décollage. Peu après, l'avion heurte des rochers et s'immobilise sur le dos.

Enseignements et conclusion

Lorsque l'avion au roulement au décollage est arrivé à la fin de la trace d'atterrissage, il s'est retrouvé dans de la neige fraîche non damée et n'a pu accélérer pour atteindre la vitesse de décollage. Ayant détecté tardivement l'alignement sur une trace d'atterrissage, il a décidé de poursuivre le décollage pour éviter d'endommager l'avion en interrompant le décollage.

L'accident est ainsi dû à l'utilisation d'une trace d'atterrissage trop courte pour décoller. L'enquête n'a pas permis de déterminer les raisons de cette utilisation. La détection tardive par le pilote ne lui permettait pas de récupérer cette situation de manière sûre.

Lors du décollage sur une altisurface enneigée, une fois le roulement au décollage débuté, il n'est généralement plus possible de l'interrompre en sécurité en raison de la pente. Ce type d'exploitation nécessite une attention particulière de chaque instant, y compris lors des phases au sol pouvant être considérées comme moins risquées.

(1)La trace de décollage est habituellement créée lors d'un posé-décollé par le premier pilote qui atterrit sur l'altisurface.

 

Publications