Entrée en conditions de vol aux instruments, collision avec le relief

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Date : Dimanche 3 octobre 2010 vers 17 h 38 UTC

Lieu : Commune de Lauroux (34) altitude 600 m

Nature du vol : Voyage

Aéronef : Jodel DR 1050 « Ambassadeur » / Immatriculé F-BKBZ

Propriétaire : Privé

Exploitant : Privé

Personnes à bord : Pilote + 3 passagers

 

Déroulement du vol

Le dimanche 3 octobre vers 14 h 50, après avoir participé à un meeting aérien, le pilote décolle en VFR sans plan de vol de Jonzac (17) à destination de Salon Eyguières (13). Il est accompagné de son épouse et de deux de leurs enfants.

A 16 h 11, il contacte Rodez information et s'annonce pour un vol à destination de Salon Eyguières au FL55.

A 16 h 28, il informe le contrôleur qu'il descend vers le FL45 « cause météo ».

A 16 h 44, il informe le contrôleur qu'il est descendu vers 4 000 ft puis quitte la fréquence de Rodez.

A 16 h 46, il infléchit sa trajectoire vers le sud.

Entre 16 h 48 et 17 h 01, soit entre Rodez et Millau, le pilote établit un contact téléphonique avec des amis domiciliés dans la région de Montpellier. Peu après Millau, il remonte au FL65.

A 17 h 21, il contacte le contrôleur de Montpellier. Il indique qu'il est au FL65 et souhaite transiter dans les espaces aériens associés à l'aérodrome de Montpellier pour y atterrir. Le contrôleur l'autorise à transiter.

A 17 h 33, le pilote informe le contrôleur qu'il a « débuté une descente douce vers le niveau 45 ». Le contrôleur lui demande ses intentions et l'informe que la nuit aéronautique est dans 17 minutes. Le pilote indique qu'il souhaiterait descendre à 1 000 ft sur le littoral et faire une « approche à vue ».

A 17 h 34, le contrôleur demande au pilote s'il souhaite faire une arrivée en VFR ou s'il souhaite « faire une approche sur l'ILS …sur l'approche VOR/DME ? ». Il lui indique ensuite « poursuivez vers le sud-est, vers le littoral et pour l'instant vous êtes très proche de l'axe final, je vais avoir deux arrivées, des B737 et un Airbus donc, prenez une route vers le sud-sud-est ». Le pilote répond qu'il prend la route vers le sud-sud-est en descente et qu'il souhaiterait continuer vers 2 000 ft. Le contrôle répond « descendez vers 2 000 ft BZ ». Les données radar montrent que le pilote a poursuivi la descente mais qu'il a suivi une route orientée au sud-ouest.

A 17 h 37 m 53, le contact radio et radar de l'avion est perdu. L'avion a heurté le relief à une altitude de 1 970 ft environ.

 

Causes identifiées

L'accident résulte :

- d'une préparation du vol insuffisante ;

- d'un choix de l'aérodrome de déroutement basé sur des considérations logistiques ayant amené le pilote à poursuivre le vol dans des conditions météorologiques très dégradées et incompatibles avec l'équipement de l'avion ;

- d'une série de décisions qui rendaient impossible l'arrivée de jour à l'aérodrome de déroutement en raison de la sous-estimation de la composante de vent de face.

L'excès de confiance du pilote dans ses capacités, associé à des pratiques d'évolution en dehors du cadre réglementaire, ont contribué à l'accident.

 

Publications

Communiqué de presse

  • Communiqué de presse diffusé le 4 octobre 2010

    Le BEA vient d'ouvrir une enquête à la suite de la disparition de l'avion Jodel DR 1050 survenue le 3 octobre dans la soirée. L'avion avait décollé de l'aérodrome de Jonzac Neulles (17) à destination de Salon-Eyguières (13). Il avait à son bord quatre personnes.

    Le contact radar avec l'avion a été perdu à 19h37.