Perte de contrôle en évolution en spirale près du relief, collision avec le sol

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

CIRCONSTANCES

Le pilote décolle en remorqué à 12 h 02 de l'aérodrome de Fayence (83) (voir figure ci-dessous). Il se largue cinq minutes plus tard à une altitude de 900 mètres et se dirige à l'ouest vers les reliefs de Seillans. Il indique que, pendant une dizaine de minutes, il recherche des ascendances le long du relief.

Alors qu'après un demi-tour (point 2) il vole vers le nord-est avec le relief à main gauche, il observe une augmentation de la vitesse verticale et entame une spirale vers la droite pour profiter de l'ascendance. Lorsqu'il revient face à la pente (point 3), il sent le planeur s'enfoncer et tente de poursuivre le virage. Le planeur entre en collision avec les arbres et s'immobilise à la verticale après que le nez a heurté le sol.

Les conditions météorologiques estimées sur le site étaient les suivantes : vent du 240° pour 6 à 14 kt avec turbulences faibles à modérées, ciel nuageux à peu nuageux avec une base de cumulus vers 1 200 mètres, visibilité supérieure à 10 km, température de 16 °C, et QNH de 1023 hPa.

Au moment de la collision, le pilote évoluait au vent du relief le plus proche mais sous le vent d'un relief situé à environ deux kilomètres au sud-ouest. Il précise qu'il a entamé une spirale alors qu'il volait très en dessous de la crête située à proximité.

Le pilote détient une licence VV de 2008. Il totalisait 550 heures de vol dont 90 sur type et 17 dans les trois derniers mois, toutes sur type. Il connaissait bien la région survolée.

CONCLUSION

L'accident est dû à la décision du pilote d'effectuer une spirale proche du relief alors qu'il évoluait en vol de pente dans une zone où les conditions aérologiques étaient probablement perturbées. Se retrouvant face au relief à faible hauteur dans une masse d'air descendante, il n'a pas pu empêcher la collision avec les arbres.

L'exécution de spirales en vol de pente en dessous du niveau des crêtes est une cause récurrente d'accidents de planeur.

D'une manière générale, l'efficacité d'une spirale est liée au centrage correct de la trajectoire sur l'ascendance observée. Dans le cas contraire, l'effet escompté peut disparaître et la vitesse verticale du planeur s'inverse. Cette manœuvre n'est donc pas recommandée en dessous du niveau des crêtes puisque le pilote peut se retrouver face au relief avec une marge de hauteur insuffisante pour s'en éloigner.