Perte de contrôle en roulis, interruption du décollage, cheval de bois en instruction

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

CIRCONSTANCES

L'instructeur et l'élève décollent en remorqué sur la piste 25 non revêtue de l'aérodrome d'Arcachon pour un vol local. Après une centaine de mètres de roulement, le planeur s'incline à gauche. Quelques dizaines de mètres plus loin, sa trajectoire dévie brusquement à gauche. Le câble est largué. Le planeur s'immobilise suivant un cap magnétique 140° après avoir fait un « cheval de bois ». Une trace d'une cinquantaine de mètres correspondant à l'empreinte du patin gauche est visible sur la piste.

L'instructeur volait pour la première fois avec cet élève. Il précise que celui-ci maîtrisait sa trajectoire pendant le début du roulement au décollage. L'instructeur s'est alors concentré sur la gestion de l'axe de tangage au moment du décollage par l'élève. Lorsqu'il a senti le planeur s'incliner à gauche, il a tenté de corriger l'inclinaison, en vain. Il a ensuite constaté un brusque départ en lacet à gauche et a pris la décision de larguer le câble de remorquage. Il pense que l'enlisement du patin d'aile gauche dans le sol a pu empêcher cette correction. Il ajoute que l'agent AFIS avait annoncé un vent du 310° pour 6 kt.

L'élève précise qu'il a été surpris par l'inclinaison brusque du planeur et n'a pas pu l'annuler. Il pense avoir subi une rafale de vent qui a brusquement soulevé la demi-aile droite.

Le pilote totalisait 9 heures de vol, toutes sur Twin Astir, depuis le 25 juin 2011. Il avait réalisé 6 décollages en remorqué avec son instructeur habituel. Son vol précédent datait du 3 juillet 2011. Sa progression en vol ne présentait pas de particularité.

L'instructeur totalisait 750 heures de vol depuis 2004 dont 40 dans les trois mois précédents et 70 environ sur type.

Les conditions météorologiques estimées sur le site de l'accident étaient les suivantes : vent du 280° pour 6 à 8 kt, visibilité supérieure à 10 km, nuages rares à 2 600 ft, température 21 °C, température du point de rosée 14 °C, QNH 1022 hPa.

Les précipitations enregistrées les jours précédents avaient rendu le sol meuble.

CONCLUSION

L'accident est dû à une dissociation insuffisante de l'attention de l'instructeur durant la phase de décollage. Se concentrant sur la variation d'assiette du planeur, il n'a pas réagi suffisamment rapidement à la perte de contrôle en roulis de son élève.

L'enfoncement du patin gauche dans le sol a contribué à l'accident. L'interruption du décollage par l'instructeur a permis de limiter ses conséquences.

 

Publications