Vol en conditions météorologiques défavorables, déclenchement du système de sauvetage, collision avec le sol, incendie

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Vol PF ULM Baisy Thy (Belgique) - Barcelone (Espagne) via AD Aubigny (18)

 

Le pilote décolle de la plate-forme ULM de Baisy-Thy (Belgique) en compagnie d'un passager à destination de Barcelone (Espagne). Il a un rendez-vous important d'ordre privé le soir même à Barcelone.

 

A 4 NM dans le nord-est de l'aérodrome d'Aubigny (18), un témoin aperçoit l'ULM en vol stabilisé en provenance du nord. L'ULM disparaît de son champ de vision, masqué par des arbres. Un autre témoin situé à proximité entend une détonation suivie d'un sifflement puis il aperçoit l'ULM avec une forte assiette à piquer et le parachute « en torche ». Les témoins précisent que la totalité du ciel était couvert par des nuages bas, et qu'il n'y avait pas de brouillard.

 

L'ULM s'est écrasé en plaine dans un champ propice à un atterrissage en campagne. L'examen de l'épave montre que l'ULM est entré en collision avec le sol avec une forte énergie et une assiette à piquer proche de la verticale. Le moteur délivrait de la puissance. Le parachute de secours est retrouvé à une trentaine de mètres de l'épave. L'ULM a pris feu consécutivement à l'impact avec le sol.

 

L'examen du parachute de secours montre qu'il s'est entièrement déployé et que des efforts importants ont été transmis aux trois points d'arrimage à la cellule. Le point d'arrimage arrière présente les marques d'une rupture brutale par surcharge. Les deux points d'arrimage avant ont été entièrement détruits dans l'incendie.

 

La masse maximale de l'ULM est de 472,5 kg. La masse à vide de l'ULM mentionnée sur la fiche de pesée est de 296 kg. L'estimation de la masse de l'ULM au moment de l'accident, établie à partir de la masse des occupants et de leurs bagages et sans tenir compte de la masse de carburant, montre que l'ULM était proche de la masse maximale. Le constructeur du système de sauvetage explique que le fonctionnement correct du parachute est garanti pour un aéronef d'une masse maximale de 475 kg volant à une vitesse de 150 kt.

 

L'enquête n'a pas permis de déterminer la vitesse de l'ULM lors du déclenchement du parachute de secours.

 

Le pilote avait préparé son dossier de vol sur internet. Il prévoyait de faire une escale sur l'aérodrome d'Aubigny. Il n'a pas déposé de plan de vol et n'a pas contacté le service d'information de vol.

 

Le pilote avait prévu son voyage depuis plusieurs jours. Les conditions météorologiques générales en France étaient défavorables à la pratique d'un long voyage en vol à vue.

 

Les messages d'observation météorologique des aérodromes situés à proximité de l'accident sont les suivants :

- AD Bourges (30 Nm au sud du site de l'accident) : vent calme, visibilité 250 m, brouillard, température 14 °C, température du point de rosée 14 °C, QNH 1018 hPa.

- AD Orléans (30 Nm au nord-ouest du site de l'accident) : vent calme, visibilité 3500 m, OVC à 300 ft, température 15 °C, température du point de rosée 15 °C, QNH 1018 hPa.

 

Conclusion

 

L'accident est dû à la décision d'entreprendre et de poursuivre un voyage VFR par conditions météorologiques dégradées. Le pilote volait à basse hauteur dans une zone de stratus bas. Il est probable qu'il a perdu les références visuelles et déclenché le système de sauvetage. L'enquête n'a pas permis de déterminer les causes de la défaillance de l'arrimage du parachute.