Ballon Numéro de dossier BEA2017-0440 Accident, Magny, le 22 juillet 2017, CAMERON - C80, G-CGPV

Accident du ballon Cameron C80 immatriculé G-CGPV survenu le 22/07/2017 à Magny (57)

Progression de l'enquête Clôturée  
Progress: 100%

Résumé

Dans le cadre d’un « envol de masse » le soir de la manifestation aérienne Mondial Air Ballon, le pilote, accompagné d’un passager, décolle depuis l’aérodrome de Chambley-Bussières vers 20 h 25 . À 20 h 55 Il débute une approche qu'il interrompt en raison de la présence de la présence d’autres ballons au sol et d’un changement de direction du vent. 

Le vol se poursuit vers un village qui comporte deux champs propices à un atterrissage mais le pilote ne parvient pas à faire descendre le ballon.

Le vent change de direction et entraîne la montgolfière vers  le plateau de Frescaty où le pilote pense pouvoir atterrir. À 21 h 22 , il commande une descente et parvient à une hauteur d’environ 160 m ; la vitesse sol est d’environ 35 kt.

Une vidéo, filmée par un témoin au sol vers 21 h 25, montre le ballon évoluant dans une zone orageuse.L’enveloppe se déforme sous l’effet du vent. Le ballon atteint une hauteur d’environ 520 m à 21 h 26 .Le pilote indique que cette montée, non volontaire, est due aux courants ascendants. Il précise que son action se limite alors à essayer de maintenir l’enveloppe gonflée à l’aide des brûleurs.

À 21 h 28 , la montgolfière vole à une hauteur de 540 m et commence à descendre.L’étude de la trajectoire montre que trois minutes plus tard, la montgolfière a perdu 500 m de hauteur.

Un second témoin au sol a filmé le ballon à partir de 21 h 29 pendant deux minutes : on constate que l’aéronef évolue sous une forte averse de pluie et descend rapidement; l’enveloppe subit des déformations importantes.

Le pilote explique que le ballon est alourdi par l’eau de pluie et pris dans un courant descendant, ce qui rend difficile son contrôle. Il décide d’atterrir d’urgence dans un champ bordé d’arbres. Il indique qu’il ferme les vannes des cylindres de gaz, éteint les veilleuses et dégonfle l’enveloppe peu avant que cette dernière ne heurte des arbres.Elle se déchire progressivement et amortit la descente de la nacelle jusqu’au sol. Le pilote et le passager évacuent, indemnes.

La pression liée à l’organisation d’un tel rassemblement et par la présence du public a pu conduire à une sous-estimation de l’évolution des conditions météorologiques par le directeur des vols qui a donné l’autorisation d’envol malgré des prévisions annonçant des averses et des orages.

Bien qu’il soit de la responsabilité du commandant de bord de décider de l’opportunité de décoller, la pression liée à l’organisation et l’engouement de l’envol de masse ainsi que la confiance excessive dans l’autorisation donnée par le directeur des vols ont contribué à la décision de décollage du pilote.

Le pilote n’est pas parvenu à atterrir dans la première zone qu’il avait prévue avant la dégradation. Il a estimé l’atterrissage compromis en raison de la présence d’autres montgolfières et d’un changement de vent.

Peu après il n’est pas parvenu à descendre vers une deuxième zone d’atterrissage. Il a ensuite survolé une forêt (sans site propice à l’atterrissage) avant que la montgolfière ne se trouve dans une cellule orageuse où la maîtrise du vol était particulièrement difficile. Dans ses conditions le pilote a atterri en urgence et le ballon est entré en collision avec des arbres.

Publication

Pour télécharger le(s) rapport(s), cliquez sur le(s) lien(s) ci-dessous :