Accident du Jodel - D140 immatriculé F-BMFV survenu le 15/09/2020 sur l'altiport Megève (74)

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Note :Les informations suivantes sont principalement issues des témoignages du pilote et de l’instructrice. Ces informations n'ont pas fait l'objet d'une validation indépendante par le BEA.

1 - Déroulement du vol

Le pilote en formation, accompagné d’une instructrice, après avoir effectué les essais moteur et les actions avant décollage, s’aligne en piste 33. Lors de la mise en puissance, alors que l’avion débute le roulement, la verrière côté pilote s’ouvre[1]. Le pilote réduit la puissance et freine. L’avion qui se trouve au début de la pente bascule sur l’avant. L’hélice touche le sol, le moteur s’arrête et l’avion s’immobilise en pylône sur la piste.

2 - Renseignements complémentaires

2.1Expérience de l’équipage

L’instructrice, 26 ans, titulaire d’une licence de pilote professionnel avion CPL (A), de la qualification d’instructrice avion FI(A) et de la qualification montagne « roues et skis », totalisait 2 150 heures de vol dont 100 en tant qu’instructrice.

Le pilote, 36 ans, titulaire d’une licence de pilote professionnel avion CPL (A) totalisait 260 heures de vol dont environ 50 sur avion à train classique (D112, DR221, DR1050).

2.2 Témoignages
2.2.1 Pilote

Le pilote indique que c’était le premier vol sur D140 dans le cadre d’une formation en vue de l’obtention de la qualification montagne. Il précise que sur les avions à train classique qu’il avait pu piloter jusqu’à présent le freinage se faisait à partir d’une commande centrale et que c’était la première fois qu’il utilisait un avion à train classique avec des commandes de frein aux pieds. Il ajoute qu’il avait suivi lors des mois précédents des formations pour l’obtention de la licence CPL(A) et de la qualification IR-ME et que lors de ces formations sur avions à train tricycle il avait réalisé de nombreuses interruption de décollage ce qui a pu conditionner une réaction excessive sur les freins. Il indique que c’était la première fois qu’il décollait avec un avion à train classique depuis une piste descendante. Il a été surpris par l’efficacité des freins (freins à disque) et la rapidité du basculement malgré le maintien du manche en secteur arrière.

Il ajoute que lors du briefing préparatoire avec l’instructrice, ils avaient étudié les procédures en cas de panne moteur immédiatement après rotation ou plus loin dans l'éloignement, mais pas les spécificités d'un arrêt décollage sur une piste descendante.

2.2.2 Instructrice

L’instructrice indique que l’ouverture de la verrière côté gauche a eu lieu lors de la mise en puissance et au début du roulement. Elle précise avoir indiqué au pilote d’interrompre le décollage et a été surprise par la réaction du pilote sur les freins. Elle indique par ailleurs qu’avec les freins aux pieds elle ne dispose d’aucun moyen pour contrer l’action du pilote sur ces derniers.

Elle explique également que depuis la place droite il est difficile de contrôler visuellement la fermeture effective de la verrière côté gauche sans avoir à demander au pilote de se déplacer.

2.3 Mesures prises par l'aéroclub après l'accident

Après cet événement, le club a mis en place les mesures suivantes :

  • vérification plus poussée de la fermeture de la verrière en plus des actions de la check-list,
  • briefing de l’élève sur les risque de passage en pylône lors d’un freinage brusque sur avion à train classique notamment lors d’une procédure d’interruption du décollage.

 


[1] Sur le F-BMFV la verrière s’ouvre vers le haut