Accident de l’ULM autogire MAGNI M24 PLUS identifié 49ABZ survenu le 31/08/2020 à Saumur – Saint-Florent (49)

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Rapport d'Enquête cat.2 : rapport de format simplifié, adapté aux circonstances de l'événement et aux enjeux de l'enquête.

La formation sur autogire du pilote, déjà expérimenté sur d’autres classes d’ULM, s’est déroulée nominalement. L’instruction s’est déroulée en alternance sur un Magni M16 de l’école et sur le Magni M24 Plus que le pilote venait d’acquérir. Cette alternance entre les deux types d’autogire n’a pas posé de difficulté particulière au pilote, mais son instructeur lui avait indiqué de rester mesuré dans la gestion de la puissance lors du décollage pour ses premiers vols en solo en M24 Plus, plus puissant que le M16. Quelques jours après la délivrance de sa qualification autogire, le pilote a réalisé seul à bord des circuits d’aérodromes à Saumur, nouvelle base de l’autogire.
Le jour de l’accident, le pilote a rencontré deux connaissances, pilotes et propriétaires d’autogires de gamme inférieure, intéressés de découvrir le Magni M24 Plus. Ces derniers, positionnés à proximité de la piste, ont observé le décollage du 49ABZ.

Le prélancement du rotor et la transition entre le roulage et le palier se sont déroulés normalement.
Au cours du palier d’accélération, le pilote, qui avait une faible expérience sur autogire, a eu une action excessive sur la commande de tangage. L’ULM a alors pris une forte attitude à cabrer, quasiment à la verticale.
Il est à noter que ce vol est survenu dans un contexte où le pilote, récemment breveté et décrit comme « téméraire » par des personnes de son entourage, avait réalisé son souhait de pouvoir voler librement dans son ULM à l’issue de plusieurs mois de formation. Il est ainsi possible qu’une volonté de démontrer les performances de son autogire nouvellement acquis aux pilotes restés au sol, qu’il connaissait et dont il savait l’intérêt envers ce type d’ULM, ait contribué à cette prise d’assiette excessive.
La montée à forte pente et à pleine puissance a entraîné la diminution du poids apparent de l’autogire, conduisant à une diminution de la vitesse du rotor. Le pilote, probablement surpris par la forte attitude à cabrer de son autogire et par cette situation dynamique, n’a pas été en mesure de reprendre le contrôle de la trajectoire. Il a finalement perdu le contrôle en roulis de l’autogire, qui est entré en collision avec le sol à proximité de la piste.

Publications