Hélicoptères

null

En 2020, le BEA a publié 14 rapports relatifs à des événements survenus lors de l’exploitation d’aéronefs à voilure tournante (12 relatifs à des hélicoptères et 2 relatifs à des ULM classe 6).
Ces événements survenus tous de jour concernent exclusivement des hélicoptères légers, et mettent en exergue deux thèmes majeurs de sécurité:

null

1. suivi médical des personnels navigants (dont la portée n’est pas exclusivement liée aux seuls pilotes d’hélicoptère)

La visite médicale d’aptitude est perçue par une majorité de navigants comme un possible examen-couperet de leur carrière. Cette visite vise pourtant avant tout à prévenir les risques que la santé fait peser sur la sécurité des vols et les conséquences dommageables des activités aériennes sur la santé.

Le rapport relatif à l’accident du F-GKMQ survenu le 7 janvier 2019 à Puylaurens illustre ce thème de sécurité : en matière de prévention du risque cardio-vasculaire, l’écart entre les normes de santé et les normes médicales aéronautiques ménage un espace dans lequel la santé du pilote se dégrade avant qu’il ne soit déclaré inapte. Dans cet espace, des mesures permettent d’atténuer les risques de dégradation de l’état de santé – donc de la survenue d’accidents de santé et aériens – de pilotes qui répondent aux critères d’aptitude. Le BEA a proposé de développer la visibilité des facteurs de risques cardio-vasculaire ainsi que le dialogue avec les médecins personnels des navigants dans le but d’améliorer la sécurité aérienne par un renforcement du rôle de l’examen médical d’aptitude afin qu’il s’impose comme un levier de prévention

De même, le rapport relatif à l’accident du F-HLBT survenu le 26 août 2017 à Guérande montre l’importance d’inciter les pilotes à déclarer de façon la plus exhaustive possible les événements de santé qu’ils ont vécus et dont la connaissance pourrait être utile à l’évaluation de leur aptitude. 

On dénombre pour les événements cités une personne décédée, quatre gravement blessées et deux blessées.

Ces deux rapports contiennent des recommandations de sécurité à destination de la DGAC et de l’AESA.
 


2. Perte de contrôle

Le pilote d’hélicoptère a la possibilité de manœuvrer dans des zones restreintes pour atterrir sur des sites parfois d’opportunité, mais il doit constamment composer avec le vent. Plusieurs pertes de contrôles résultent d’une prise en compte insuffisante du vent par le pilote (notamment vent arrière) et d’une action tardive ou inadaptée pour le contrer.

Le rapport relatif à l’accident du F-HRCR survenu le 31 janvier 2019 à Pierrevert met en évidence que la perte de contrôle en lacet résulte d’une prise en compte insuffisante du vent par le pilote lors de la finale et d’une action tardive ou inadaptée pour le contrer. 

Événements similaires publiés en 2020 :
•    F-WSPM survenu le 5 novembre 2018 à Saint-Pierre :  perte de contrôle liée à l’utilisation d’une technique de décollage « oblique » dans des conditions de vent turbulent et arrière.
•    F-HVRA survenu le 4 juin 2019 à Caupennes-D’Armagnac : difficultés rencontrées par le pilote pour garder la maîtrise de l’hélicoptère qui évoluait à basse vitesse, en vent arrière et alors qu’il n’était plus dans l’effet de sol.

On dénombre pour les événements cités une personne décédée, trois gravement blessées et une blessée.

Par ailleurs, la mécanique de vol hélicoptère impose au pilote d’être en permanence en mesure d’anticiper l’interaction des commandes de vol.  L’hélicoptère évolue souvent près du sol ce qui impose au pilote de réagir promptement, la marge de sécurité par rapport aux obstacles étant faible. Il est notable que les deux premiers événements ont eu lieu au cours de vols d’instruction. 

•    L’accident du F-GGLB survenu le 5 avril 2018 à Lussac est une perte de contrôle en instruction à la suite d’une panne moteur avérée.
•    L’accident du F-HDTO survenu le 13 septembre 2019 à Lyon-Brindas est une perte de contrôle en instruction lors d’un exercice à la panne moteur.

On dénombre pour les événements cités deux personnes décédées et deux blessées. 
 


Autres rapports publiés en 2020

•    L’accident du F-HOLA survenu le 7 juin 2019 à Grenoble : désolidarisation du manche du pas collectif, perte de contrôle, collision avec le sol, en instruction.
•    L’accident du F-GJLX survenu le 16 octobre 2019 à Blancey : collision avec une ligne électrique lors d’un vol de surveillance de ligne, atterrissage de précaution.
•    L’accident de l'ULM classe 6 identifié 83ARG survenu le 13 juillet 2018 à Saint-Raphael : message d’erreur au tableau de bord, autorotation, collision avec le sol, incendie.
•    L’accident de l'ULM classe 6 identifié 54AXP survenu le 15 juillet 2019 à Grand Couronné : perte de contrôle lors de l’atterrissage, collision avec le sol.
•    L’accident du F-PJSL survenu le 13 mars 2018 à Millas : collision avec le sol après le décollage, incendie.
•    L’accident du F-HJSC survenu le 22 juillet 2020 à Nimes Garons : collision avec un rapace.